21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 16:32

Introduction à l'approche elliottiste

Dans les années 30, Ralph Nelson Elliott mis en évidence que le cours des actions produisait des formes caractéristiques immuables. Ces formes, à l’image des fractales, étaient décelables à toutes les unités de temps. Il a isolé 13 formes élémentaires à partir desquelles il était possible de décrire l’évolution des cours des actions. La justification sous-jacente de cette théorie est que le marché est le réceptacle de la psychologie collective qui passe de l’optimisme (jusqu’à l’euphorie) au pessimiste (jusqu’à la panique) selon des schémas répétitifs (la psychologie des foules ne change pas). Les prix des actions ne sont donc pas le résultat logique des informations connues du marché : une action est achetée parce qu’on pense qu’on trouvera un acheteur pour l’acheter plus chère.

Les principes de l'approche elliottiste ne sont pas développés dans le présent article. La maîtrise des règles et du jargon elliottiste n'est pas nécessaire à la compréhension d'une grande partie de cet article et en particulier à l'observation des graphiques et à la lecture des conclusions pratiques. On trouvera de nombreuses publications sur le Web, l'ouvrage de référence restant "Elliott Wave Principle" de Frost & Prechter.
Je ne pense pas que la valeur prédictive de l’approche « elliottiste » puisse être exploitée telle quelle pour du trading. Elle permet d’avoir une vision structurée de l’évolution des cours et de construire un nombre réduit de scénarios d’évolution des cours, certains scénarios pouvant être estimés plus probables que d’autres. In fine, anticiper des scénarios de changement de psychologie collective, c’est déjà prendre conscience de la possibilité d’évènements extrêmes. Enfin, cette théorie permet de mettre un langage derrière l’évolution historique et future des prix, elle fournit en quelque sorte un moyen de communication plus riche que « ça monte et ça va continuer de monter », « ça descend parce que ça a beaucoup monté avant mais ça n’ira pas plus bas que le point bas d’il y a deux ans »... Malheureusement, tout le monde n’ayant pas appris cette langue, son application peut générer des frustrations chez ceux qui ne la comprennent pas.
Robert Prechter a fait de cette approche un business (http://www.elliottwave.com) et il faut bien admettre que beaucoup de ce que l’on trouve sur le Web est inspiré des publications de sa société. En particulier, la vision apocalyptique de la correction des bourses mondiales en cours et la fameuse vague 3 destructrice relève de sa vision.

Le grand mouvement de correction en vague IV cerclée de "grand super cycle" serait en cours
Le pic de 2000 aurait vu s’achever la vague III cerclée (haussière) de grand super cycle qui a démarrée autour de 1785. J’admets ce principe de pic en 2000 mais c’est discutable. Il pourrait avoir eu lieu en 2007, certains indices ayant marqués un plus haut en 2007. La dernière correction de grand super cycle - vague II cerclée - aurait démarré en 1720 pour se terminer ver 1785 avec une longue durée de 65 ans environ (voir graphique ci-dessous).

Graphique-61.gif

Malheureusement ce graphique n’est pas assez précis pour déceler la typologie de correction.
Les vagues correctives successives d’un degré fractal donné sont différentes, c’est le principe d’alternance. La vague corrective en cours prendrait probablement donc une forme différente et pour changer, elle pourrait être plus courte dans le temps, pourquoi pas.
Prechter & Frost admettent dans leur ouvrage « Elliot Wave Principle », que les vagues correctives ont des typologies beaucoup plus difficiles à décripter que les vagues impulsives. Les possibilités sont donc très nombreuses. J’ai établi quelques exemples de scénarii sur le Dow Jones graphiques 1 à 6 qui, me semble-t-il, respectent les règles de l’art sauf une : la vague corrective IV cerclée de grand super cycle qui aurait démarrée en 2000 devrait faire revenir les cours vers les niveaux de la vague corrective n°4 de degré fractal inférieur soit le (IV) de super cycle, qui s’est achevé vers 1935, soit un Dow Jones plus bas que 300 – trop difficile à croire!

Image61-copie-1.png

Image62.png

Image63.png

Image64.png

Image65.png

Image66.png

 

QUELLES CONCLUSIONS PRATIQUES ?

 

1. Le pire n’est jamais sûr. Nous sommes peut-être repartis pour un marché haussier à long terme.
Le graphique 5 montre que le processus correctif majeur en vague IV cerclée de grand super cycle pourrait être achevé en respectant les principes essentiels (pas tous, notamment certains principes subjectifs) chers à Elliott. Il n’aurait duré que 9 ans sous la forme d’une correction à plat courante (running flat) et l’on serait reparti pour un processus haussier de long terme. On a du mal à y croire lorsque l’on pense aux excès (dette) qui n’ont pas été purgés. On peut cependant y croire un peu, la course à la dette peut encore se poursuivre. Prechter prédit cette vague corrective d’envergure depuis près de 20 ans. Il peut très bien se tromper encore 10 ans ! Les actions des banques centrales (planche à billets) seront par ailleurs peut-être efficaces pour faire augmenter les actions en monnaie courante. Peut-être pas.
PUG Stock Market Analysis, LLC fait le pari de ce marché haussier et publie quotidiennement des décomptes elliottistes sur le S&P 500 selon ce modèle haussier. Certaines publications sont accessibles gratuitement. Voici ci-dessous un exemple récent de décompte sur le long terme (cliquez sur le lien pour obtenir une meilleure définition d'image).

Image67 

La correction actuelle ne serait que passagère (primaire 2) et nous entamerions une puissante vague haussière primaire 3. Une alternative assez probable aussi est la poursuite de la correction en vague primaire 2 avant d'entamer la vague primaire 3. Le modèle est donc haussier mais PUG est prêt à sortir son modèle baissier car il a un modèle baissier qu'il cache pour le moment car il l'estime peu probable. Si PUG a raison, Prechter peut fermer boutique mais il doit être suffisamment riche aujourd'hui.
 

2. Qui est la fameuse vague 3 destructrice ?
Les scénarios des graphiques 1, 2, 3 et 6 font apparaître une vague 3 primaire sur laquelle les baissiers  convaincus elliotistes veulent surfer. Les vagues 3 d’une impulsion en 5 vagues sont souvent violentes. Pas toujours cependant. La règle originelle est que la vague 3 d’une impulsion en 5 vagues n’est jamais la plus courte des vagues 1, 3 et 5. Elle peut donc être plus courte que la première à partir du moment où la cinquième vague est elle-même plus courte que la troisième.
Daneric publie quotidiennement des décomptes elliottistes sur le S&P 500 selon ce modèle baissier. L'exemple récent ci-dessous fournit son décompte long terme en UT semaine pour le S&P 500.


image68.jpg  

La vague primaire 2 n'a fait que corriger la vague primaire 1 démarrée en octobre 2008. La vague primaire 3 est lancée, composée d'une sous vague intermédiaire 1, elle-même corrigée par une intermédiaire 2 et nous sommes désormais en intermédiaire 3. En résumé, pour Daneric, nous sommes en intermédiaire 3 d'une primaire 3 : c'est puissant!

3. De nombreux scénarios baissiers.
Les scénarios baissiers présentés graphiques 1, 2, 3, 4 et 6 ne sont pas exhaustifs. En réalité , ce sont surtout les données macro-économiques qui supportent les scénarios en faveur de la poursuite du processus correctif démarré en 2000. Jusqu’à présent, les excès de dette publique et surtout privée ne sont pas traités. Il est certains que la violence de la correction, si elle n’est pas terminée, sera atténuée par les états et les banques centrales avec des politiques monétaires très accommodantes et par l’inflation (à supposer qu’il soit possible de piloter l’inflation).


4. La fin temporaire du « buy and hold » sur les indices occidentaux?
Un processus correctif de grandeur ampleur (durée et/ou amplitude) s'il se poursuit peut remettre en cause les certitudes et les conseils de bonne foi. La stratégie d’achat d’action et de conservation a eu du succès dans les années 80 et 90 - période bénie.  Le début des années 80 correspond au démarrage de la vague de cycle V qui s’est achevée en 2000. Ces dernières vagues d’un cycle haussier de long terme s’accompagnent d’une psychologie euphorique et d'excès. Sa durée a été exceptionnellement longue conduisant à l’accumulation de dette la plus élevée de tout les temps - situation non soutenable. Les années à venir n’ont donc aucune raison de ressembler à ces années et ce qui fonctionnait bien a toutes les raisons de ne plus s’appliquer.


5. Le double dip est envisageable. Le triple dip aussi.
Y-aura-t-il une récession en double creux ? C’est parfaitement envisageable, peut-être même en triple creux. Bref, on pourrait avoir l’impression d’avoir des crises à répétition mais ce serait le même processus correctif.

 

6. Une période favorable aux stratégies contrariennes et au swing trading?

Si le processus correctif se poursuit encore longtemps (graphiques 1, 3, 4 et 6), les marchés connaîtront de fortes volatilités et seront peu directionnels. Les stratégies de moyen terme de suivi de tendance risquent d'être peu performantes.

Partager cet article

Repost 0
Published by bbsignal.over-blog.com - dans Décompte elliottiste CAC 40
commenter cet article

commentaires

  • : BBSignal - scénarios d'évolution du CAC 40
  • BBSignal - scénarios d'évolution du CAC 40
  • : analyses techniques et scénarios sur le CAC 40 (1 à qques semaines) en combinant la théorie des vagues d'Elliott (40%), mes stratégies automatiques (20%), les indicateurs de sentiment (20%) et le consensus formé par les analystes (20 %).
  • Contact

 

 

 

 

Visites depuis le 17 mai 2013

Indicateur de sentiment agrégé de CNN Money

Les dons sont bienvenus!

TWITTER

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -