/ / /

La psychologie des foules est au centre de l'approche elliottiste et un indice boursier est le meilleur réceptacle ou capteur enregistreur (pas parfait cependant) matérialisant cette psychologie sous forme de motifs récurrents à toutes les échelles de temps.

Du coup, sont-ce les nouvelles qui font le marché? La réponse des elliottistes est négative. Les journalistes essaient d'expliquer des évolutions de cours en trouvant certaines nouvelles, selon la psychologie du moment les nouvelles sont interprétées favorablement ou pas.

 

Alan Greenspan vous explique les fondamentaux de la théorie des vagues d'Elliott!

Alan Greenspan, président de la FED entre 1987 et 2006, gourou des marchés financiers, maître des monétaristes, est-il, à l'âge de 87 ans devenu sénile ou sage?

S'il est devenu sage vous accorderez du crédit à sa dernière intervention sur CNBC le 15 février 2013.

 

 

 


Concernant l'occurrence des coupes budgétaires automatiques il répond : "Cela ne peut qu'arriver".

Mais à la question de l'impact sur l'économie :

  • "La question essentielle n'est pas l'effet sur l'économie mais l'effet sur le marché action."
  • "Le marché action joue un rôle clé dans le jeu de la croissance économique."
  • "Si le marché boursier encaisse bien la nouvelle il n'y aura pas d'impact sérieux sur l'économie."
  • "Le marché action est non seulement un indicateur avancé de l'activité de l'économie mais une cause majeure de cette activité."

Evidemment, la journaliste qui se considère au centre du système en informant le marché, ne comprend pas ce que raconte le vieux Greenspan...

Ce point de vue colle bien avec l'impression que le seul objectif de la FED est que les indices américains battent leur record historique : objectif atteint.

Le seul bémol que j'émettrais si je m'en tiens à l'approche elliottiste est le suivant :

  • Le marché action n'est qu'un capteur (thermomètre) enregistreur.
  • C'est la psychologie collective qui compte.
  • La FED parvient-elle à influer sur la psychologie collective dont les vagues relèveraient des lois de la nature ou casse-t-elle le thermomètre qu'est le marché boursier?

 

Extraits de "The Wave Principle" de R. N Elliott (1938)

"Dit simplement, les marchés actions sont des créations de l'homme et sont  en conséquence à l'image de ce dernier. Dans les pages qui suivent, la loi, ou la rythmique à laquelle l'homme obéit sera mise en évidence telle quelle est enregistrée par le marché qui fluctue selon un principe déterministe de vagues."

 

"Les émotions humaines, tel que mentionnées dans la section précédente, sont rythmiques. Elles évoluent en vagues dont le nombre et la direction ne doivent rien au hasard.

Le phénomène se produit dans toutes les activités humaines, qu'il s'agisse d'affaires, de politique, ou de la recherche du plaisir.

Il est particulièrement évident dans les marchés libres où les mouvements de prix résultent de la participation d'un grand nombre d'intervenants.

L'évolution du prix des obligations, des actions et des matières premières se prête donc tout particulièrement à la mise en évidence du phénomène rythmique des émotions humaines (ou vagues).

Le présent traité s'appuie sur le mouvement de prix des actions pour illustrer le phénomène, mais tous les principes énoncés dans le présent document sont également applicables à tous les domaines où l'activité humaine est enregistrée."

Partager cette page

Repost 0
Published by bbsignal - dans Théorie des vagues d'Elliott

  • : BBSignal - scénarios d'évolution du CAC 40
  • BBSignal - scénarios d'évolution du CAC 40
  • : analyses techniques et scénarios sur le CAC 40 (1 à qques semaines) en combinant la théorie des vagues d'Elliott (40%), mes stratégies automatiques (20%), les indicateurs de sentiment (20%) et le consensus formé par les analystes (20 %).
  • Contact

 

 

 

 

Visites depuis le 17 mai 2013

Indicateur de sentiment agrégé de CNN Money

Les dons sont bienvenus!

TWITTER

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -