29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 18:58

To climb the wall of worry, littéralement "escalader le mur des inquiétudes", est une expression que l’on rencontre souvent sur les sites US pour qualifier une situation de progression des marchés boursiers malgré les inquiétudes :

  • Situation en Ukraine.
  • Mauvais indicateurs en Chine.
  • Indices américains sur leur plus haut.
  • Faiblesse des indices américains depuis le début de l'année, sous performance du Nasdaq etc.

C'est une question de psychologie et c'est le principe sous-jacent des vagues d'Elliott, car on peut présenter les choses très positivement et les gérants ont plutôt ce discours:

  • La Chine a les moyens de relancer son économie et elle à l'intention de le faire pour atteindre l'objectif des 7 - 8 % de croissance cette année. Par ailleurs elle compte libéraliser un peu plus son économie ce qui est une nouvelle positive pour le marché.
  • Les freins à une action de la BCE sur le rachat d'actifs ("assouplissement quantitatif") disparaissent puisque Jens Weidmann, président de la Bundesbank, dit qu'un tel programme n'est pas exclu si l'interdiction de financer les Etats est bien respectée. La prochaine réunion de la BCE a lieu jeudi 3 avril : peut-être une annonce de baisse des taux, peut-être une annonce d'action d'assouplissement quantitatif pour faire repartir le crédit aux entreprises et limiter ainsi le risque de déflation? Rien ne presse en tout cas pour la BCE mais cela semble être dans le "pipe".
  • Que le Nasdaq soit vendu est quasiment une bonne nouvelle pour les haussiers. Les investisseurs n'achètent pas n'importe quoi à n'importe quel prix, c'est le signe d'un marché pas trop malsain.
  • Il ne faut pas oublier que l'économie américaine va bien.
  • Et puis en terme de flux acheteur, il devrait y avoir ce qu'il faut avec les vagues de fusions acquisitions à l'échelle mondiale, des entreprises qui achètent leurs propres actions après avoir réduit leur dette.

 

A quelques détails près, mon scénario préféré de la semaine dernière tient la route. Je pense que la fin de journée de lundi prochain (voire mardi matin) sera plutôt baissière - peut-être pour une visite du support court terme de 4350 points - mais on repartirait de l'avant à l'approche de la réunion de la BCE jeudi.

Le scénario alternatif de la semaine dernière perd encore un peu plus de crédibilité. Je ne l'affiche pas à nouveau même si je ne l'exclus pas totalement.

Voici donc  une mise à jour rapide de ma prévision d'évolution du CAC 40 selon une approche fractale.

La tendance est haussière sur le CAC 40 à un horizon de 1 à quelques semaines. Cette tendance et haussière depuis le 7 août 2012.

Pour replacer les vagues à long terme on se réfèrera à mon hypothèse de décompte elliottiste à long terme sur le CAC 40 au 3 janvier 2014.

Pour en savoir plus sur la théorie des vagues d'Elliott : Le postulat de la théorie d’Elliott pour comprendre définitivement.

 

Scénario préféré : cœur de tendance haussière mineure C

Nous serions au cœur de tendance haussière de la vague mineure C, c'est-à-dire la subminuette iii de la minuette (iii) de la minute cerclée iii !

 

Décompte en vagues d'Elliott du CAC 40 au 28 mars 2014

 

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 12:25

Voici une mise à jour rapide de ma prévision d'évolution du CAC 40 selon une approche fractale.

La tendance est haussière sur le CAC 40 à un horizon de 1 à quelques semaines.

Quelques lecteurs (que je remercie pour leur fidélité) se sont manifestés via le formulaire de contact relativement à l'absence de mise à jour la semaine dernière.

J'essaie d'avoir un rythme de mise à jour hebdomadaire, mais ce n'est pas toujours évident, une analyse me demandant entre 2 et 4 heures de travail et de concentration. Les lecteurs ne doivent donc pas s'attendre à une mise à jour systématique. Je reste un amateur.

En revanche si une alerte apparait sur mes stratégies semi-automatiques ou sur les indicateurs de sentiment, cela ne me demande pas beaucoup de temps pour vous en faire part : il n'y avait pas matière la semaine dernière.

Je rappelle que j'ai une activité salariée prenante (avec des actionnaires exigeants, et oui!).

Il semblerait que l'on puisse être optimiste sur les fondamentaux en Europe. C'est du moins les conclusions prudentes qu'on peut tirer du tour d'horizon de l'économie mondiale de Vincent Ganne.

Tour d'horizon de la situation économique mondiale par Vincent Ganne le 20 février 2014

Le rebond depuis le 4 février 2014 sur 4060 (+ 7,9 % tout de même)  a été puissant et s'apparente à une impulsion peut-être pas tout a fait achevée. Le CAC 40 a franchi les 4351 invalidant sur le court terme mes scénarios précédents.

Une réplique au moins est attendue après une phase corrective. Mon scénario préféré considère deux répliques haussières.

Pour replacer les vagues à long terme on se réfèrera à mon hypothèse de décompte elliottiste à long terme sur le CAC 40 au 3 janvier 2014. La vision à long terme colle parfaitement jusqu'à présent!

Pour en savoir plus sur la théorie des vagues d'Elliott : Le postulat de la théorie d’Elliott pour comprendre définitivement.

 

Scénario préféré :  une puissante hausse dans les mois prochains

La vague corrective en mineure B pourrait être finalement un double zigzag en minutes cerclées w, x, y. Ce choix est compatible avec une vague minute cerclée x qui fait un plus haut, ce qui est le cas sur certains indices européens.

Une puissante impulsion en minute cerclée i serait sur le point de s'achever. Cette impulsion serait la première vague d'une impulsion de degré fractal supérieur en mineure C.

Il sera intéressant de comparer la mineure C à la mineure A au sein de l'intermédiaire (Z) puisque ces deux vagues sont en quelque sorte jumelles.

A ce titre on peut s'attendre à une correction dont le plus probable devrait être de s'achever au niveau de la dernière minuette (iv) soit 4290.

La comparaison avec  la mineure A conduit plutôt à considérer un retracement de 38,2 % soit 4265 points environ.

Le retracement maximum est de 4060 points, niveau d'invalidation du scénario.

Pour les lecteurs aussi puristes que moi : j'ai corrigé le décompte de la mineure A haussière car cette vague avec les conventions de notation de Prechter comporte nécessairement 5 sous-vagues de degré fractal inférieur.

Décompte en vagues d'Elliott du CAC 40 au 21 février 2014

 

 

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 12:50

 

 

Le graphique suivant compare la situation de l'été 2011 et celle d'aujourd'hui.

 

Similitude28122012.png


Le S&P 500 INDEX et le VIX présentent des similitudes qui n'échappent à personne.

La suite? Une chute du S&P 500 de plus de 10 %.

Faudra-t-il une pression des marchés comme en 2011 pour pousser républicains et démocrates au compromis? C'est ce qu'anticipe dans plusieurs posts le blog Zeroedge.

J'ai personnellement une perception assez différente, peut-être fausse car je n'ai pas le temps de vérifier:

  • Le risque à l'été 2011 était un évènement de crédit (défaut) des US avec potentiellement une réaction en chaine incontrôlable.
  • Le risque aujourd'hui est un déclenchement de mesures de maitrise budgétaire automatiques, avec potentiellement, et je suis d'accord, une récession aux US puisqu'une grande partie de la croissance se fait à crédit.
  • Il sera toujours possible aux deux parties de négocier après le déclenchement des mesures automatiques. Il n'y aura pas d'évènement de crédit. La situation est donc sous contrôle.

Sur cette base, je pense qu'il y aura une pression baissière spéculative assez forte mais qui n'a fondamentalement pas de justification: la baisse ne serait pas à la hauteur de celle de l'été 2011.

Le mois de janvier n'est pas très favorable aux actions d'un point de vue saisonnier, donc la pression baissière pourrait se faire sentir sur le CAC 40.

Cependant les marchés européens surperforment les marchés US depuis l'été 2012.

Bref, je pense qu'il ne faut pas être trop gourmant concernant la baisse en cours sur le CAC 40.

 


Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 15:48

 

 

Je trouve intéressant de superposer et d'observer, sans plus de prétentions, l'évolution du Dow Jones Industrial Average avec les périodes d'assouplissement monétaire, que se soit du "Quantitative Easing" ou du "Twist" :

  • Les actifs "actions" ont globalement accompagné à la hausse les opérations d'assouplissement monétaire de la FED. Un calcul rapide montre que le Dow Jones montent de 1 % à chaque fois que la FED rachète 25 milliards d'actifs. Au rythme de 40 milliards/mois pour le nouveau QE3, on pourrait avoir une hausse moyenne du Dow Jones de 5 %/trimestre.
  • La fin des QE1 et QE2 a été suivie d'une chute de l'indice. La durée du nouveau QE3 est illimitée, pour le moins, tant que l'emploi n'aura pas retrouvé des couleurs.
  • L'annonce du QE2 et celle du Twist n'ont pas eu un effet immédiat haussier sur les actions (en dehors des 2 premiers jours). La reprise haussière durable a démarré avec un peu de latence.
  • Le QE3 va sur la fin de l'année cumuler ses effets avec ceux de l'opération Twist.

Qu'en sera-t-il pour l'évolution du Dow Jones avec ce QE3, alors que les principaux indices boursiers américains sont proches de leur plus haut historique? Une baisse (modeste), comme pour les deux dernières opérations, avant la reprise de la marche en avant ou pas de répit et une panique à la hausse?


En tout cas, il sera bien aléatoire d'être contrariant.

 

DJ-utj-14092012.gif

 

 

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 18:11

 

 

La première estimation du PIB US au T4 2011 est ressortie, ce 29 février 2012, à 3,0 %, au dessus du consensus à 2,8 % et dans ma fourchette avec, 3,2 % selon l'approche monétaire et 2,8 % selon l'indice avancé de l'économie PMI de mon post du 4 décembre 2011.
Il faudra attendre le 27 avril 2012 pour disposer de la première estimation du PIB US au T1 2012.
L’approche monétaire indique un affaiblissement possible de la croissance autour de 1,5 % alors que l’indicateur avancé PMI reste sur sa lancée à 3 % bien que la publication pour le mois de février 2012 ait un peu déçu.


1,5 % selon l'approche monétaire
La dernière publication de la masse monétaire M2-M1 est datée du 20 février 2012 soit presque les deux tiers du premier trimestre.
L'agrégat M2-M1 représente l'épargne des ménages. La consommation des ménages étant à l'origine de 70 % des variations de PIB, la masse monétaire M2-M1 permet d'anticiper presque en direct la consommation des ménages et avec un peu de chance, la croissance du PIB lorsque cette croissance n'est pas trop impactée par des dépenses publiques ou des importations/exportations inhabituelles.
Au 20 février 2012, la croissance de la masse monétaire libre est de 5,9 % par rapport au quatrième trimestre en rythme annualisé.
Si les choses se poursuivent au même rythme, la croissance du PIB aux Etats-Unis pourrait être de 1,5 % au premier trimestre 2012, en rythme annualisé, selon l'approche monétaire.
 

PIBUST12012.png

 

3,0 % selon l'indice avancé de l'économie PMI
L'autre approche, qui me semble plus fiable est la corrélation avec l'indice composite PMI.
L'indicateur économique avancé le plus utilisé reste l'indice composite PMI (Purchasing Managers' Index). Il est publié mensuellement, le premier jour ouvré du mois par l'Institute for Supply Management (ISM). Un indice PMI au dessus de 50 signifie que l'activité économique dans l'industrie est en croissance par rapport au mois précédent. Cet indice est calculé par la compilation des réponses aux sondages réalisés auprès de ses membres. Il intègre de manière équilibrée  l'évolution des nouvelles commandes, de la production, de l'emploi, des livraisons de la part des fournisseurs et des stocks.
L'indice composite PMI est ressorti à 54,1 et 52,4 en janvier 2012 et février 2012 respectivement. La croissance du PIB américain au premier trimestre 2012 en taux annualisé ressortirait, selon cette approche, à 3,0 %.

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 10:29

 

 

Il n’a échappé à personne que l’année 2011 a été quasiment neutre pour les indices américains (dont le S&P 500) alors qu’elle a été très mauvaise pour le CAC40.

Elle a été encore plus mauvaise que le laissent apparaître les apparences puisque l’Euro a baissé par rapport au Dollar.

Pour le mettre en évidence on peut tracer le rapport du CAC40 en € sur le S&P 500 en €, soit la force relative des deux indices dans la même monnaie.


FR-cac-sp-2-06012012.png

 

Il apparaît que cette force relative a atteint un support majeur et que ce support a cédé, sous l’effet conjugué des faiblesses du CAC 40 et de l’Euro.

Depuis le début des années 1990, les sociétés composant le CAC 40 n'ont jamais été autant sous-valorisées par rapport aux sociétés composant le S&P 500.

L’ennui est que « Quand les bornes sont dépassées, il n'y a plus de limites ».

La sous performances du CAC 40 pourrait donc s’accélérer, notamment par la baisse de l’Euro que beaucoup voient très rapidement à 1,2 USD.

Peut-on y croire ? Oui dans le sens où l’indice grec a perdu 78 % depuis octobre 2009 alors que le CAC 40 « n’a perdu que 16 % ».

D’un autre côté, il arrivera un moment où les détenteurs de dollars finiront par succomber à la chasse aux bonnes affaires, Chine et Etats-Unis en tête mais un minimum de confiance est nécessaire dans l’Europe qui a connue la révolution de 1789 et la naissance des 2 premières guerres mondiales...

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 10:27

Il faudra attendre le 28 janvier 2012 pour disposer de la première estimation du PIB US au T4.

Contrairement à l'Europe, les choses ne vont pas si mal aux Etats-Unis et on peut anticiper pour les Etats-Unis une croissance au T4 de 2,8 % ou 3,2 % en rythme annualisé.

3,2 % selon l'approche monétaire

La dernière publication de la masse monétaire M2-M1 est datée du 21 novembre 2011 soit presque les deux tiers du 4ième trimestre.

L'agrégat M2-M1 représente l'épargne des ménages. La consommation des ménages étant à l'origine de 70 % des variations de PIB, la masse monétaire M2-M1 permet d'anticiper presque en direct la consommation des ménages et avec un peu de chance la croissance du PIB lorsque cette croissance n'est pas trop impactée par des dépenses publiques ou des importations/exportations inhabituelles.

Je me demande aussi si des retraits massifs des fonds actions viennent gonfler cet agrégat monétaire, auquel cas il se révèlerait trompeur dans certaines circonstances et notamment ces derniers mois (voir graphique).

Au 21 novembre 2011, la croissance de la masse monétaire libre est de -0,4 % par rapport au troisième trimestre en rythme annualisé.

Si les choses se poursuivent au même rythme, la croissance du PIB aux Etats-Unis pourrait être de 3,2 % au quatrième trimestre 2011, en rythme annualisé, selon l'approche monétaire.


PIBUST42011.png

2,8 % selon l'indice avancé de l'économie PMI

L'autre approche, qui me semble plus fiable est la corrélation avec l'indice composite PMI.

L'indicateur économique avancé le plus utilisé reste l'indice composite PMI (Purchasing Managers' Index). Il est publié mensuellement, le premier jour ouvré du mois par l'Institute for Supply Management (ISM). Un indice PMI au dessus de 50 signifie que l'activité économique dans l'industrie est en croissance par rapport au mois précédent. Cet indice est calculé par la compilation des réponses aux sondages réalisés auprès de ses membres. Il intègre de manière équilibrée  l'évolution des nouvelles commandes, de la production, de l'emploi, des livraisons de la part des fournisseurs et des stocks.

L'indice composite PMI est ressorti à 50,8 et 52,7 en octobre 2011 et novembre 2011 respectivement. La croissance du PIB américain au quatrième trimestre 2011 en taux annualisé ressortirait, selon cette approche, à 2,8 %.

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 18:09

WegelinJ'aime bien lire (ou écouter) les commentaires d'investissement de la banque privée suisse Wegelin : pour la pertinence de l'analyse probablement mais personne n'est infaillible, pour la prise de recul, pour la modestie et pour la qualité littéraire aussi.

Voici un court extrait de leur dernier commentaire d'investissement, le numéro 279, "l'Europe à la croisée des chemins" avec trois scénarios pour la zone EURO.


"a) Contrairement à nos prévisions et moyennant une rhétorique très efficace, on parvient à convaincre les marchés et les citoyens européens de la poursuite du «sauvetage». A la lumière de données conjoncturelles étonnamment positives, les marchés retrouvent leur calme. Déjouant les prédictions des Cassandre, les pays périphériques européens créent la surprise en apportant des preuves tangibles de leur rigueur budgétaire.


b) L’insolvabilité de différents pays membres se précise et plus rien ne peut y remédier, ce qui déclenche un mouvement de retrait hors de la zone euro: soit de haut en bas, c’est-à-dire en commençant par les Etats les plus solvables, soit de bas en haut, avec en premier la sortie des pays surendettés. Les deux variantes pourraient s’opérer sous une forme relativement ordonnée, sans pour autant exclure le chaos.


c) La zone euro est rapidement transformée en un Etat fédéral administré de manière centralisée. L’Allemagne assainit et ordonne. Ou alors, l’Allemagne assainit et la France ordonne. Sous-variante: la gouvernance obéit à des principes démocratiques. Le reste de l’UE entame une refonte."

Partager cet article

Repost 0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 17:45

Il faudra attendre le 27 octobre 2011 pour disposer de la première estimation du PIB US au T3. Cette publication aura, si l'écart avec le consensus est grand, un impact majeur sur les marchés. En effet, pour de nombreux économistes, la seule solution pour garder sous contrôle les dettes souveraines c'est la croissance!

L'indice composite PMI pointe vers une croissance du PIB américain positive au troisième trimestre.
Mon estimation selon une approche monétaire est à -2 %. L'estimation de M. Chevallier dont je tire cette méthode est à +1,1%.
L'approche monétaire présente l'avantage d'être suivie avec un retard de 10 jours seulement.


L'indicateur économique avancé le plus utilisé reste l'indice composite PMI (Purchasing Managers' Index). Il est publié mensuellement, le premier jour ouvré du mois par l'Institute for Supply Management (ISM). Un indice PMI au dessus de 50 signifie que l'activité économique dans l'industrie est en croissance par rapport au mois précédent. Cet indice est calculé par la compilation des réponses aux sondages réalisés auprès de ses membres. Il intègre de manière équilibrée  l'évolution des nouvelles commandes, de la production, de l'emploi, des livraisons de la part des fournisseurs et des stocks.

Le graphique suivant fournit la corrélation depuis 1980 entre le PIB trimestriel US en taux annualisé et la moyenne des trois valeurs de chaque trimestre de l'indice PMI manufacturier. La correlation mérite aussi d'être exploitée même si des surprises sont possibles.
La moyenne de l'indice PMI sur le troisième trimestre est à 51, soit une prévision du PIB US au T3 en rythme annualisé de +2,5 %. Nous voilà bien avancés : faites votre choix -2 %, +1,1 % ou +2,5 %!

 

La conclusion est que l'indice PMI tempère ma prévision pessimiste de -2%.

 

Image071011.png

 

Les opinions et commentaires fournis par le blog BBSignal ne sont pas des recommandations mais l'avis d'un amateur. L’interprétation de ces opinions dans un but d’investissement se fait à vos risques et périls.

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 17:41

 

Il faudra attendre le 27 octobre 2011 pour disposer de la première estimation du PIB US au T3. La dernière publication est datée du 19 septembre 2011 soit presque la totalité du troisième trimestre.
L'agrégat M2-M1 représente l'épargne des ménages. La consommation des ménages étant à l'origine de 70 % des variations de PIB, la masse monétaire M2-M1 permet d'anticiper presque en direct la consommation des ménages et avec un peu de chance la croissance du PIB lorsque cette croissance n'est pas trop impactée par des dépenses publiques ou des importations/exportations inhabituelles.

Ma méthodologie s'inspire directement de l'approche de M. Chevallier qui anticipe désormais une croissance annualisée de +1,1 % au T3 aux US par rapport au T2. Je n'ai pas la prétention de faire mieux mais il se trouve que je trouve une valeur beaucoup plus basse.

La consommation des ménages a connu un sursaut sur la seconde moitié du troisième trimestre.
On voit clairement la formation d'un palier sur l'évolution de M2-M1 signe d'un ralentissement marqué de l'épargne des ménage sur cette seconde moitié du troisième trimestre.


Image0110111.png

Je reste à une prévision de croissance négative à -2 % pour le troisième trimestre aux US.
Au 19 septembre 2011, la croissance de la masse monétaire libre est de 15,2 % par rapport au second trimestre en taux annualisé alors qu'elle était de 29,6 % au 8 août 2011. les choses se sont donc clairement améliorées.
Je reste sur ma prévision de -2 % car ma prévision précédente était très conservatrice.

 

Image0110112.png

Partager cet article

Repost 0

  • : BBSignal - scénarios d'évolution du CAC 40
  • BBSignal - scénarios d'évolution du CAC 40
  • : analyses techniques et scénarios sur le CAC 40 (1 à qques semaines) en combinant la théorie des vagues d'Elliott (40%), mes stratégies automatiques (20%), les indicateurs de sentiment (20%) et le consensus formé par les analystes (20 %).
  • Contact

 

 

 

 

Visites depuis le 17 mai 2013

Indicateur de sentiment agrégé de CNN Money

Les dons sont bienvenus!

TWITTER

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -